L’entreprise inclusive dans la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique

L’APEC étudie le potentiel de l’entreprise inclusive dans les pays membres
French
Policy and Government
SDGs
East Asia and Pacific
19. Jun 2018

Inclusive business in the Asia–Pacific Economic Cooperation

• 137 pages • Asian Development Bank (ADB)

The publication discusses the market potentials, constraints, and necessary policy instruments for an enabling environment for inclusive business. A profile of inclusive business initiatives, the overview of the base of the pyramid market size, and the inclusive business ecosystem in each APEC economy as well as a recommended a framework to guide future work on inclusive business under the APEC regional economic cooperation agenda are also included in this report.

Recommandations

L’entreprise inclusive suscite un intérêt croissant au sein de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) dont les pays membres ciblent une croissance plus inclusive et plus durable et dont les entreprises recherchent de nouveaux modèles d’affaires commercialement viables et socialement pertinents. Pour passer de la responsabilité sociétale des entreprises traditionnelles à l’entreprise inclusive, les entreprises doivent envisager les actions suivantes :

  • Explorer et comprendre les marchés largement inexploités et les besoins non satisfaits de la base de la pyramide (BoP) dans la région, et particulièrement dans les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine. L’entreprise inclusive doit avoir une compréhension approfondie des contextes locaux et mettre en place des relations de confiance et de coopération avec les partenaires locaux ;
  • Faire le lien entre les objectifs commerciaux et les cibles à atteindre pour générer un impact dans les principaux domaines de développement de la région que sont la sécurité alimentaire, l’adaptation au changement climatique, le développement rural-urbain et l’autonomisation des femmes. Contrairement à la RSE, l’entreprise inclusive place le développement social au cœur du modèle d’affaires.
  • Appuyer l’innovation commerciale. L’entreprise inclusive a besoin de relations et de stratégies d’entreprise très innovantes pour s’implanter dans de nouveaux marchés, explorer de nouvelles gammes de produits/services BoP et atténuer les risques d’investissement.
  • Opter pour un approvisionnement (éthique, social, environnemental) durable et développer les engagements, les talents et les ressources tout au long de la chaîne de valeur, en s’appuyant sur des normes et processus de certification de la durabilité.
  • Utiliser les microentreprises (MPME, entreprises sociales) en tant qu’acteurs importants de la distribution au dernier kilomètre des produits et services de l’entreprise inclusive. L’intégration des MPME et des entreprises sociales joue un rôle clé dans le développement de la chaîne de valeur de l’entreprise inclusive.
  • En savoir plus sur le rôle des investisseurs à impact dans le financement de l’entreprise inclusive et sur d’autres prestataires d’appui aux entreprises inclusives. L’investissement à impact est en plein développement dans les pays développés de l’APEC comme l’Australie, le Canada, Singapour et les États Unis. Le financement de l’entreprise inclusive fait déjà partie du portefeuille des institutions financières de développement (IFD) comme l’IFC de la Banque mondiale, la Banque asiatique de développement et la Banque interaméricaine de développement ainsi que de banques de développement bilatérales comme la Norfund en Norvège, la Société néerlandaise de financement du développement (FMO), le britannique CDC Group, le français Proparco et l’Initiative de développement du financement du Canada. Les incubateurs et les accélérateurs d’entreprises jouent un rôle essentiel dans la croissance et la transformation des petites entreprises en entreprises inclusives potentielles. Différentes politiques de promotion, d’accréditation et/ou de renforcement des capacités des entreprises inclusives ont été mises en place par plusieurs gouvernements de la région en plus des politiques qui existaient déjà pour faciliter la pratique des affaires.

Ce rapport d’étude sur l’entreprise inclusive dans la région recommande également que l’APEC, sous la direction du Conseil consultatif économique et du Groupe d’experts en investissement (IEG) de l’APEC, intègre officiellement l’entreprise inclusive à son programme de travail, institutionnalise le renforcement des capacités des entreprises inclusives, intègre l’entreprise inclusive parmi les domaines thématiques des événements et des dialogues entre entreprises organisés par l’APEC, reconnaisse la pratique de l’entreprise inclusive par le biais d’un programme de récompenses dédié à l’entreprise inclusive, continue à développer le cadre mondial sur l’entreprise inclusive avec des organismes régionaux tels que le G20 et l’ANASE et participe à l’élaboration d’indicateurs et de normes de publication de rapports pour l’entreprise inclusive, en ligne avec les directives de rapport des ODD.


L’entreprise inclusive est loin d’être inconnue dans les pays membres de l’APEC, particulièrement en Amérique latine et en Asie. De fait, ces régions montrent la voie en ce qui concerne la promotion et le développement de l’entreprise inclusive ; le concept d’entreprise inclusive est né en Amérique latine en 2005 grâce au programme Opportunities for the Majority (OMJ) de la Banque interaméricaine de développement (BID), et sous la présidence du gouvernement des Philippines, et a été formellement introduit en tant qu’élément de dialogue de l’APEC en 2015. Ces premiers efforts, appuyés par certains acteurs régionaux du développement comme l’IFC et la BAD, ont permis de générer un intérêt et des investissements substantiels pour l’entreprise inclusive. L’IFC et la BAD sont actuellement les plus gros fournisseurs d’investissements aux entreprises inclusives au sein de l’APEC ; l’IFC a déployé plus de 12,5 milliards d’USD à destination d’entreprises inclusives en Amérique latine, en Asie du Sud-Est et en Chine depuis 2005, tandis que la BAD a versé 1,044 milliard d’USD en 2014 à des projets d’entreprise inclusive en Asie. D’ici à 2025, l’Asie devrait détenir le record du plus grand nombre d’entreprises inclusives, sous l’impulsion de la hausse de l’investissement à impact provenant principalement des pays développés de l’APEC.

Ce rapport offre également un aperçu des marchés de l’entreprise inclusive dans tous les pays de l’APEC. La base de la pyramide (BoP) représente 43 % de la population totale des pays de l’APEC, pour une valeur de marché estimée à 2,28 billions d’USD par an. L’alimentation et le logement représentent la plus grosse part des dépenses BoP. Les pays émergents d’Asie et d’Amérique latine ont les plus grands marchés BoP : la Chine vient en tête (marché BoP évalué à 1,3 billion d’USD par an), suivie par l’Indonésie, la Thaïlande, le Mexique, les Philippines, la Colombie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée. Il est à noter que la plupart des entreprises inclusives des pays émergents travaillent dans les secteurs de l’agroindustrie, des services financiers, de l’éducation et des TIC, tandis que les soins personnels, l’énergie et les transports constituent les marchés des entreprises inclusives dans les pays les moins développés. Selon le rapport, les entreprises sociales obtiennent actuellement de meilleurs résultats que les grandes entreprises en termes de pénétration du marché BoP en raison de leur orientation fondamentalement communautaire et locale.

Les pays développés de l’APEC n’atteignent pas encore le niveau de l’Asie et de l’Amérique latine pour le nombre et la maturité de leurs entreprises inclusives. Dans les pays développés, l’investissement dans les entreprises inclusives est encore largement axé sur les activités de RSE, et la reproduction des modèles d’entreprises inclusives reste difficile entre les différentes régions en raison de facteurs tels que la diversité des environnements commerciaux et des marchés BoP, les différences entre les environnements sociopolitiques et d’innovation et les exigences en matière d’investissements à long terme. Parallèlement aux politiques sur les entreprises inclusives déjà en place, les pays doivent réformer le monde de l’entreprise, notamment en simplifiant l’enregistrement des entreprises et l’obtention de licences, en facilitant l’accès au financement pour les PME, en élargissant le dialogue public/privé et en élaborant des normes appropriées pour appuyer l’entreprise inclusive. L’apprentissage et la coopération entre les pays via l’APEC permettra également d’élargir et d’approfondir la compréhension de la chaîne de valeur et du marché de l’entreprise inclusive.